Juillet-août 1984. Ce sont les premiers pas en terre africaine , en Haute-Volta plus exactement, de deux aventuriers fontenaisiens, Bernard DUCEPT et Marcel LEVY : ils souhaitent concrétiser un projet de jumelage-coopération avec une ville de ce pays, comparable à Fontenay-le-Comte, au moins au niveau du nombre d’habitants (1), et amorcer une suite d’échanges et davantage si affinités.

L’histoire en marche précipite les événements et bouscule les données. En effet, après avoir atterri en Haute-Volta, c’est du Burkina Faso - « pays des hommes intègres » baptisé ainsi le 4 août 1984 – que reviennent les deux voyageurs, à la fois séduits par l’accueil chaleureux des autochtones et impressionnés par leur dénuement ; ce qui va les inciter à s’engager plus avant dans la voie d’une coopération adaptée aux besoins locaux et surtout répondant aux demandes de la population. F. LEVY – MARBACH 1999

(1)    Depuis la loi de 2004, la commune urbaine de Gaoua compte plus de 60 000 habitants

 

 

C’est à partir du rêve d’avoir des  échanges d’expériences , d’avoir une ouverture de plus en plus large vers l’extérieur, que Gaoualais et Fontenaisiens se sont tendu la main et ont fondé ensemble l’espoir de vivre des lendemains meilleurs.

Le 10 juillet 1990 a donc été l’aboutissement heureux de ce rêve, soldé par le Protocole d’Amitié, grâce au dynamisme du Préfet-Maire de l’époque, Saïdou OUATTARA et de ses proches collaborateurs, Jean-Baptiste SIB, Dieudonné DAH, Hélène MOMO, Edouard KAMBIRE, pour ne citer que ceux-là de la partie gaoulaise et Bernard DUCEPT, Marcel LEVY, Daniel GARNIER de la partie fontenaisienne.

Honoré SANSAN HIEN 1er maire élu de GAOUA 1999